vendredi, mai 24, 2024

Togo : la BAD et l’AGF réunissent l’écosystème financier pour renforcer l’accès des femmes entrepreneures aux financements

La Banque africaine de développement et le Fonds africain de garantie pour les petites et moyennes entreprises (African Guarantee Fund, AGF) ont conclu, jeudi 28 mars 2024 à Lomé, la conférence AFAWA Finance Series Togo qui visait à mieux appréhender les besoins de financement des femmes entrepreneures togolaises.

L’événement, organisé sur trois jours, a mobilisé 180 représentants de l’écosystème financier local, des acteurs clés, chargés de la politique et de la réglementation en faveur de l’inclusion financière des femmes ainsi que des représentants d’institutions financières, de petites et moyennes entreprises, d’incubateurs dirigés ou détenus par des femmes.

Des formations spécifiques ont été dispensées à une trentaine d’institutions financières togolaises. Elles ont ainsi renforcé la compréhension de l’initiative AFAWA, de son mécanisme de garantie, et ont démontré l’intérêt commercial pour les institutions financières de mieux cibler les femmes entrepreneures en développant des offres de produits et services sensibles au genre.

L’objectif était de mieux comprendre les besoins des femmes entrepreneures et de relever collectivement le défi de leur accès aux financements, tout en explorant les opportunités offertes par le programme Garantie pour la croissance, conçu par BAD par l’intermédiaire de l’Initiative pour favoriser l’accès des femmes au financement en Afrique (AFAWA) et mis en œuvre par l’AGF.

Ce programme novateur vise à mobiliser jusqu’à trois milliards de dollars américains de financements pour les petites et moyennes entreprises dirigées ou détenues par des femmes à travers des garanties financières attribuées aux institutions financières afin d’atténuer les risques liés aux prêts.

Pour Wilfried Abiola, directeur du bureau pays de la Banque au Togo, « l’initiative AFAWA n’est pas uniquement un instrument financier. Elle vise à changer le narratif, les perceptions, à transformer le discours qui qualifie les petites et moyennes entreprises dirigées et détenues par des femmes comme entreprises risquées. AFAWA œuvre pour faire de ces entreprises des opportunités d’investissement substantielles pour les institutions, notamment à travers le programme Garantie pour la croissance, conçu par la Banque. »

Selon Jules Ngankam, le directeur général d’AGF, « AFAWA a aussi pour objectif de réunir les acteurs du monde financier et du secteur public dans le but de renforcer le capital humain et le capital financier pour que les femmes puissent atteindre leur potentiel maximum et pleinement participer à la croissance de notre continent. Nous sommes très optimistes sur le fait que l’impact sera significatif à long terme et stimulera la croissance de l’économie au Togo. »

Le déficit de financement des petites et moyennes entreprises dirigées ou détenues par les femmes au Togo avoisine 45 millions de dollars. Combler ce déficit est une priorité des autorités togolaises qui entendent renforcer l’autonomisation économique des femmes, dynamiser le secteur privé, et ainsi soutenir une croissance économique inclusive. « Grâce à l’action du gouvernement, 25% des marchés publics sont aujourd’hui octroyés aux femmes et aux jeunes et, sur le plan économique, le gouvernement a pour objectif de résoudre les problèmes d’accès des femmes et filles au crédit avec la création du Fonds national pour la finance inclusive qui a accompagné plus de 1,2 million de femmes », a indiqué Koffi Gani, directeur de cabinet du ministre togolais de l’Action sociale, de la Promotion de la femme et de l’Alphabétisation.

La conférence AFAWA Finance Series Togo s’inscrit dans le cadre d’une programmation d’événements organisés à travers l’Afrique pour promouvoir l’accès au financement des entreprises dirigées ou détenues par des femmes. Elle représente une étape significative vers la réalisation de l’objectif ambitieux de financer les entreprises dirigées par des femmes à hauteur de cinq milliards de dollars d’ici à 2026.

La Banque africaine de développement, par l’intermédiaire de l’initiative AFAWA, a approuvé environ 1,7 milliard de dollars d’investissements cumulés et 54,5 millions de dollars d’assistance technique, et s’est associée à 96 institutions financières dans 32 pays membres régionaux.

Au total, plus de 7 000 petites et moyennes entreprises dirigées ou détenues par des femmes ont bénéficié de son apport en Afrique.

AFAWA est soutenue par l’Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneures (We-Fi), les pays membres du G7, à savoir la France, l’Italie, le Canada et l’Allemagne, ainsi que les Pays-Bas et la Suède.

Source : Communiqué

dans le meme sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers Articles