samedi, février 24, 2024

La Fondation Merck exhorte les communautés africaines à mettre fin aux MGF

La Fondation Merck, la branche philanthropique de Merck KGaA Allemagne, en collaboration avec les Premières Dames Africaines, marque la Journée Internationale de Tolérance Zéro pour les mutilations génitales féminines 2024 dans le cadre de la Fondation Merck « Plus Qu’une Mère » et le programme « Éduquer Linda ». La Fondation Merck a souligné les méfaits et le danger des MGF et a exhorté les communautés africaines à mettre fin aux MGF à travers l’un des 15 épisodes de leur « Notre Afrique », programme télévisé panafricain conceptualisé, produit, réalisé et co-animé par la Sénatrice, Dr. Rasha. Kelej, CEO de la Fondation Merck.

Le programme télévisé « Notre Afrique » a été diffusé sur les chaînes de télévision nationales et principales de nombreux pays africains comme le Kenya, l’Ouganda, le Ghana, la Zambie, la Sierra Leone, le Libéria, le Burundi. 

Sénatrice, Dr. Rasha Kelej, CEO de la Fondation Merck et Présidente de la Campagne « Plus Qu’une Mère », a déclaré, « La mutilation génitale féminine (MGF) constitue un problème grave profondément enraciné dans de nombreuses cultures en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Il est important que nous prenions des mesures immédiates et dénoncions cette pratique néfaste de longue date. Les MGF privent les femmes et les filles de leur dignité, mettent en danger leur santé, infligent des douleurs et des souffrances inutiles et imposent des complications durables, y compris l’infertilité, bien sûr. Infertilité résultant de maladies infectieuses non traitées résultant de la pratique des MGF. »

« Les MGF entraînent d’autres complications telles que des infections, des bébés mort-nés et, dans certains cas, même la mort. Il est crucial de remettre en question et d’éradiquer cette tradition néfaste, elle a continue. »

Selon les données de l’OMS, plus de 200 millions de filles et de femmes en vie aujourd’hui ont subi une mutilation génitale féminine (MGF) dans 30 pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie où les MGF sont principalement pratiquées. Les MGF sont principalement pratiquées sur des jeunes filles entre la petite enfance et 15 ans.

« Grâce à l’émission télévisée ‘NOTRE Afrique’, nous avons fait comprendre aux communautés que les MGF ne nuisent qu’aux filles et aux femmes physiquement et psychologiquement, et qu’elles n’ont aucun effet bénéfique sur la santé. Au contraire, les MGF peuvent entraîner de graves complications médicales chez les femmes, notamment l’infertilité, car l’infection due aux MGF est l’une des principales causes d’infertilité. Les MGF augmentent également le risque de transmission du VIH et peuvent entraîner de graves complications lors de l’accouchement. Nous devons comprendre que les MGF sont reconnues au niveau international comme une violation des droits humains des filles et des femmes. Cette pratique doit cesser immédiatement. a ajouté la Sénatrice, Dr. Rasha Kelej.

La Fondation Merck estime que l’éducation est l’un des domaines les plus critiques de l’autonomisation des femmes et qu’elle contribuera certainement à mettre fin à des pratiques telles que les MGF, qui ne profitent à personne.

« En collaboration avec les Premières Dames Africaines, nous avons contribué à l’avenir de 425 filles en leur offrant des bourses pour poursuivre leurs études et en leur fournissant également des articles scolaires essentiels, grâce à notre programme « Eduquer Linda » dans de nombreux pays africains tels que le Burundi, Malawi, Ghana, Gambie, Nigeria, Zambie, Zimbabwe, Namibie, République Démocratique du Congo, Niger et plus encore.

De plus, nous avons bénéficié à des milliers de filles grâce à notre campagne de sensibilisation qui comprend la publication de nombreux livres d’histoires pour enfants, de films d’animation et de chansons inspirants pour soutenir l’éducation des filles et mettre fin au mariage des enfants.

De plus, la Fondation Merck adapte ses livres d’histoires pour créer des films d’animation intéressants dans le but de toucher les communautés et de les sensibiliser à l’importance de soutenir l’éducation des filles.

Nous lançons également chaque année des prix du meilleur travail médiatique, du meilleur film, de la chanson et de la mode pour sensibiliser aux questions sociales sensibles, notamment mettre fin aux MGF et soutenir l’éducation des filles », a ajouté la Sénatrice Kelej.

Source : Communiqué

dans le meme sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers Articles