lundi, juillet 22, 2024

La présidence de la COP28 dévoile des mesures en faveur du leadership des femmes dans la diplomatie climatique

La présidence de la COP28 a annoncé des mesures visant à soutenir la représentation et la participation des femmes à la Conférence des Nations unies sur le changement climatique COP28 aux EAU.

Ces mesures comprennent une aide financière pour encourager une plus grande participation des femmes déléguées, des sessions de formation technique et le soutien d’une conférence internationale.

« Historiquement, les perspectives et le leadership des femmes ont été sous-représentés dans de nombreuses sphères de la vie publique et la diplomatie climatique ne fait pas exception », a déclaré Razan Khalifa Al Moubarak, championne de haut niveau des Nations unies pour le changement climatique pour la COP28, qui est également présidente de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et la deuxième femme à diriger l’organisation au cours de ses 75 ans d’histoire.

« La présidence de la COP28 se mobilise en faveur d’une COP inclusive. Ces mesures visant à soutenir le leadership et la participation des femmes nous rapprochent de notre objectif et, je pense, auront également un impact positif sur les prochains cycles de négociations sur le climat et sur l’activisme climatique en général ».

La présidence de la COP28 apportera également un soutien financier à une école de nuit pour les femmes déléguées, organisée par l’Organisation des femmes pour l’environnement et le développement (WEDO). Ce soutien financier couvrira les frais logistiques, de voyage et autres coûts associés pour les femmes déléguées qui participent aux réunions de la COP. Fondée en 2009 et gérée par la WEDO, l’initiative se concentre sur le renforcement des capacités climatiques des femmes des pays les moins avancés et des petits États insulaires en développement.

La directrice exécutive de la WEDO, Bridget Burns, a déclaré : « La participation égale des femmes à la prise de décision en matière de changement climatique est fondamentale pour élaborer des politiques qui reflètent et répondent aux besoins de la communauté mondiale. Par l’intermédiaire du Fonds pour les femmes déléguées, ce soutien vise à renforcer les compétences des femmes en matière de leadership et de diplomatie – en particulier les femmes dirigeantes des pays et régions les plus vulnérables aux impacts climatiques – par le biais du renforcement des connaissances et des capacités sur les questions techniques liées aux négociations, y compris l’organisation de sessions fictives et la pratique de la rédaction d’interventions ».

La présidence de la COP28 offrira également un soutien financier à la Conférence mondiale sur les données relatives au genre et à l’environnement, organisée en collaboration par la COP28, ONU Femmes, WEDO, la CCNUCC, l’UICN et les champions de haut niveau de l’ONU pour le changement climatique.

L’événement de deux jours aura lieu les 28 et 29 novembre 2023 à Dubaï. Les intervenants et les participants comprendront des agences de l’ONU, des responsables gouvernementaux et des décideurs politiques, des dirigeants et des responsables de l’engagement de la Coalition d’action féministe pour la justice climatique et de l’Alliance des données sur le genre et l’environnement (GEDA), des fondations privées, des organisations de la société civile, des dirigeants autochtones et des communautés locales, ainsi que des universitaires. L’objectif de la conférence est de fournir une plateforme pour échanger les meilleures pratiques, tirer parti de l’innovation et trouver des solutions aux défis communs en matière de production et d’utilisation de données sur le lien entre le genre et l’environnement.

Cette aide permettra de rassembler un large éventail d’intervenants, y compris des représentants du monde universitaire, de la société civile, des peuples autochtones et des communautés locales qui, autrement, ne pourraient pas se rendre aux EAU.

La COP28 EAU accueillera également le Sommet des femmes arabes leaders en collaboration avec WiSER (Femmes dans le domaine du développement durable, de l’environnement et des énergies renouvelables), une plateforme mondiale qui défend les femmes en tant que leaders du changement durable. WiSER a été créée en 2015 par Masdar, l’entreprise phare des EAU dans le domaine des énergies renouvelables, et permet aux femmes d’acquérir des compétences en matière de leadership sous l’angle de la durabilité.

Organisé le 4 décembre, journée de la COP28 consacrée aux finances, au commerce, à l’égalité des sexes et à la responsabilité, le sommet explorera la relation essentielle entre l’égalité des sexes et l’action en faveur du climat.

Il réunira des parties prenantes de divers horizons, notamment des chercheurs, des militants, des décideurs politiques et des représentants d’organisations de la société civile, afin de discuter de l’intersection entre le genre et le changement climatique.

La directrice exécutive de la marque et des initiatives stratégiques à Masdar et directrice du programme WiSER, Lamya Fawwaz, a déclaré : « Les femmes sont souvent les plus touchées par le changement climatique. Pourtant, nous savons qu’elles sont également à l’avant-garde des efforts déployés pour le combattre. Les femmes possèdent les connaissances, l’engagement et l’esprit d’innovation dont le monde a besoin de toute urgence pour accélérer le chemin vers le « net zero ». WiSER est fière de collaborer avec la présidence de la COP28 afin d’amplifier les voix et les points de vue d’experts des femmes leaders arabes.

 Le changement climatique a un impact profond sur notre région et notre planète. Les femmes doivent être au cœur de la mission collective de lutte contre le changement climatique.

Les nouvelles mesures viennent s’ajouter aux efforts et aux engagements existants, tels qu’une lettre officielle adressée à tous les États parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Dans cette lettre, il a été demandé aux parties d’amener des délégations équilibrées en termes de genre aux négociations de Dubaï. La présidence de la COP28 finance également un pavillon des femmes et de l’égalité des sexes lors de l’événement. Géré par le groupe de travail sur les femmes et le genre, ce pavillon mettra en lumière le leadership des femmes et les efforts qu’elles déploient pour stimuler l’action mondiale en faveur du climat.

« Les aspects sexo-spécifiques du changement climatique ne sont pas très connus, mais ils méritent notre attention – le changement climatique n’est en aucun cas neutre du point de vue du genre », a déclaré Mme Al Moubarak. « Peu de gens savent que les femmes et les filles, qui représentent 70% des pauvres dans le monde, sont touchées de manière disproportionnée par le changement climatique. Par exemple, elles sont 14 fois plus susceptibles de mourir dans des catastrophes naturelles liées au climat. Elles sont également moins à même d’accéder aux secours et à l’assistance une fois la catastrophe survenue ».

« En impliquant davantage les femmes et en leur donnant les moyens de faire valoir leurs points de vue et de participer à la recherche de solutions, nous obtiendrons en fin de compte des résultats plus solides qui profiteront à tous », a ajouté Mme Al Moubarak.

Source : News Agence WAM

dans le meme sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers Articles