samedi, février 24, 2024

 Afrique de l’Ouest :  WANEP se penche sur le renforcement des relations entre l’État et les citoyens

La cérémonie d’ouverture de la 17ème Assemblée Générale du Réseau Ouest-Africain pour l’Edification de la Paix (sigle en anglais WANEP), la deuxième Conférence des Membres du Collège de Paix, et le Forum des Partenaires se sont ouverts, mardi 21 mars à Accra, la capitale Ghanéenne sous le thème :  vision 2050 de la CEDEAO : vers un renforcement des relations entre l’Etat et les citoyens en Afrique de l’ouest.

Dr Chukwuemeka B. Eze, Directeur exécutif de WANEP

Lors de son mot de bienvenue, Dr Chukwuemeka B. Eze, Directeur exécutif de WANEP, a déclaré que ces rencontres offriront l’occasion de peaufiner des actions de réflexion pour faire face de manière adéquate à la myriade des conflits qui ont des effets profonds et vastes sur les perspectives progressistes de l’Afrique de l’Ouest.

Se prononçant sur le thème, le Directeur exécutif de WANEP s’est dit ravi que les Membres du Collège de Paix s’interrogent et abordent lors de la conférence l’un des principaux défis de l’époque à savoir la fragilité des relations entre l’État et les citoyens 

« De nombreux citoyens se sentent de plus en plus déconnectés de leurs représentants publics élus en raison de la détérioration des conditions de vie et de la gouvernance caractérisée par le népotisme, l’accès inéquitable aux ressources, les inégalités en matière de développement social et économique, ainsi que l’absence d’obligation de rendre compte des dépenses publiques et de la gestion des ressources. Ces déficits sont perçus comme des échecs de gouvernance qui alimentent l’instabilité politique et les changements anticonstitutionnels de gouvernement », a-t-il expliqué

Dr Eze a ensuite indiqué que « l’élément clé pour renforcer la confiance des citoyens dans l’État réside dans la manière dont les citoyens sont associés à la conceptualisation, à la conception et à la mise en œuvre des politiques de l’État ».

 Le directeur exécutif de WANEP a fait savoir que « les États membres ont besoin d’une structure volontariste qui forge des relations entre les citoyens et l’État et qui va au-delà du partenariat intergouvernemental entre les organisations de la société civile ».

Auparavant, Dr Eze qu’a souligné que « WANEP, en tant qu’acteur clé de la société civile régionale, est souvent confronté à la difficile tâche d’expliquer les réalités actuelles telles que le déficit de gouvernance, les défis de développement et les lacunes en matière de paix et de sécurité aux citoyens dont les attentes et les espoirs d’une gouvernance responsable ont augmenté de façon linéaire au cours des dernières années ».

 « La recherche d’une solution durable aux défis sécuritaires en constante évolution dans la région passe par une approche de la sécurité humaine visant à renforcer la résilience des communautés, étant donné que le concept conventionnel de sécurité axé sur l’État ne permet pas de répondre de manière globale aux menaces multidimensionnelles qui pèsent sur les individus et les communautés » a-t-il ajouté.

Il estime « qu’il faudrait en outre combler les lacunes graves en matière de prévention des conflits et remédier à l’influence extérieure qui caractérise plusieurs des mécanismes de réponse existants ».

Oumar Ndongo, président du Conseil d’administration de WANEP

Prenant la parole, Oumar Ndongo, président du Conseil d’administration de WANEP a informé que « la région a enregistré quatre prises de pouvoir militaires en l’espace de neuf mois, ce qui a encore compliqué les problèmes de gouvernance et de sécurité ».  

D’après lui, Pour faire face aux multiples défis de la région surtout ceux liés à la sécurité « WANEP continue d’accompagner la CEDEAO dans la décentralisation des mécanismes d’alerte précoce et de réponse rapide en formant le personnel des centres nationaux d’alerte précoce à la collecte de données et à l’analyse thématique et en leur fournissant un encadrement pour leur permettre de gérer les centres d’alerte précoce ».

Notons que , organisé par WANEP, lesdites rencontres hybrides se tiennent durant quatre jours en présence de plus d’une centaine de participants composés de délégués des réseaux nationaux, des membres du conseil professionnel régional, des coordinateurs de liaison de WANEP auprès de l’Union Africaine et de la CEDEAO ainsi que les partenaires actuels et potentiels dudit réseau, la CEDEAO, les Nations Unies entre autres.

Ndeye Maguette Kebe

dans le meme sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers Articles