Lutte contre l’insécurité en Afrique : Le coup de pouce des femmes du G5 Sahel

Publicités
Les africaines

Les ministres en charge de la femme et du genre des pays membres du G5 Sahel sont réunies à Ouagadougou depuis le 13 décembre 2019. Cette rencontre est couronnée par une réunion statutaire ce mardi 17 décembre dans la Capitale burkinabè. L’objectif est de valider le plan stratégique et le plan d’actions de la « Plateforme des femmes du G5 Sahel ».

« La nuit porte conseil » ! Les femmes du G5 Sahel comptent user de cet adage populaire pour une influence positive. Elles veulent apporter leur contribution pour contrer l’extrémisme violent, la radicalisation et le terrorisme hors de leurs frontières respectives.

Et leur fer de lance, c’est la prise en compte du genre dans les stratégies et initiatives de lutte contre « l’appel au terrorisme que l’extérieur est en train de nous imposer », selon les termes du Premier ministre, Christophe Dabiré qui a présidé la cérémonie d’ouverture de la rencontre de ce 17 décembre 2019.

En fait, à l’issue du forum des femmes du Sahel tenu les 22 et 23 juillet 2015 à N’Djamena au Tchad, il avait été recommandé au G5 Sahel de mettre en place des mécanismes visant à assurer la prise en compte du genre dans les stratégies et initiatives, d’où la création d’une « plateforme des femmes du G5 Sahel ».

« Les femmes ont un grand rôle à jouer »

Dans le cadre de l’opérationnalisation de cette plateforme, des activités ont été organisées du 13 au 17 décembre 2019 au Burkina Faso. Une réunion statutaire des ministres de la femme et du genre des cinq pays doit clore les échanges ce 17 décembre. Il est question de valider le plan stratégique et le plan d’actions de la plateforme des femmes du G5 Sahel.

« Cette réunion est un véritable symbole. Parce que chaque fois que l’on parle du G5 Sahel, la lutte contre le terrorisme, on n’y voit que l’aspect sécuritaire et militaire. Et la plateforme des femmes du G5 sahel montre bien que notre combat contre le terrorisme ne saurait être tout simplement qu’une lutte militaire, mais accompagnée des efforts de toutes les couches de la société. Les femmes ont un grand rôle à jouer », a indiqué le Premier ministre burkinabè.

Il a souhaité que les femmes continuent à se mobiliser. La plateforme est née de la nécessité d’associer les femmes aux efforts de promotion de la paix, de la sécurité et de développement au Tchad, au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Burkina Faso.

« Nous ne sommes pas cloitrées entre femmes seulement »

« La plateforme des femmes du G5 Sahel vise à contribuer à rendre effectifs les objectifs des résolutions 1325 et suivantes relatives à ‘’Femmes : Paix et sécurité des Nations Unies’’ », a expliqué la ministre burkinabè en charge de la femme, Laurence Ilboudo/Marchal, présidente de la plateforme régionale des femmes du G5 Sahel.

Les femmes ne sont pas seules dans cette nouvelle aventure. « Nous ne sommes pas cloitrées entre femmes seulement. Nous avons des hommes avec nous », a fait comprendre la coordinatrice régionale de la plateforme, Aïcha Cissé. Selon elle, la structure multisectorielle leur permettra de s’orienter pour faire face aux défis sécuritaires aux côtés des hommes.

« Le G5 Sahel se veut une institution inclusive qui attache une grande importance à la question de l’égalité des chances, entre les hommes et les femmes », s’est exprimé, pour sa part, Maman Sambo Sidikou, secrétaire permanent du G5 Sahel.

 Source : Burkina 24


Les africaines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *