vendredi, mai 24, 2024

Les préjugés contre les femmes empêcheront l’égalité des sexes d’ici 2023 selon l’ONU

L’égalité des sexes d’ici 2030 sera impossible à atteindre en raison de préjugés profondément enracinés contre les femmes dans le monde entier dans de nombreux domaines, a déclaré jeudi l’Organisation des Nations Unies dans un rapport.

« Le monde laisse tomber les femmes et les filles », ont déclaré ONU Femmes, l’agence de promotion de l’égalité des sexes, et le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies dans le rapport « The Gender Snapshot 2023 ».

Selon les conclusions de l’ONU, « la résistance active à l’égalité des sexes et le sous-investissement chronique sont des facteurs clés de la lenteur des progrès et, dans certains cas, de l’annulation des progrès déjà réalisés ».

L’organisation a déclaré que « l’accès inégal (à des ressources en) santé sexuelle et reproductive, la représentation politique inégale, les disparités économiques et le manque de protection juridique, entre autres problèmes, empêchent des progrès tangibles ».

La sous-secrétaire générale de l’ONU Maria-Francesca Spatolisano a déclaré, lors d’une conférence de presse dévoilant le rapport, que l’égalité des sexes est devenue « un objectif de plus en plus lointain ». Elle a souligné les récents revers pour les femmes et les filles vivant dans des pays fragiles et touchés par des conflits, l’impact du climat, le changement et « la résistance active à l’égalité des sexes et au sous-investissement chronique » qui ralentissent et, dans certains cas, inversent les progrès.

Le rapport évalue les progrès des femmes dans la réalisation des 17 Nations Unies. Les objectifs pour 2030 sur des questions allant de la pauvreté et de l’éducation au changement climatique et aux droits de l’homme dressent un sombre tableau de l’écart entre les sexes et de « l’engagement terne » à l’échelle mondiale en faveur de l’égalité des femmes.

Concernant l’objectif clé d’éradication de l’extrême pauvreté, le rapport indique qu’aujourd’hui, une femme sur 10, soit 10,3 %, vit avec moins de 2,15 dollars par jour — le niveau d’extrême pauvreté. Si la tendance actuelle se poursuit, dit-il, 8 % de la population féminine mondiale vivra encore dans l’extrême pauvreté en 2030, la plupart en Afrique subsaharienne.

Alors que l’accès global à l’éducation augmente pour les filles et les garçons, le rapport de l’ONU indique que des millions de filles n’entrent jamais en classe ni ne terminent leurs études, en particulier dans les zones de conflit. L’objectif consiste à ce que chaque enfant reçoive une éducation secondaire de qualité. Pourtant, en Afghanistan, dit-il, les dirigeants talibans ont interdit l’éducation des filles au-delà de l’école primaire.

«En 2023, jusqu’à 129 millions de filles et de jeunes femmes pourraient ne pas être scolarisées dans le monde, indique le rapport.  Au rythme actuel des progrès, on estime que 110 millions de personnes ne seront pas scolarisées en 2030. »

Quant à l’objectif du travail décent, le rapport indique que moins des deux tiers des femmes âgées de 25 à 54 ans — 61,4 % — étaient actives en 2022, contre 90,6 % des hommes, et que les femmes étaient bien moins bien payées.

« En 2019, pour chaque dollar gagné par les hommes en travail, les femmes ne gagnaient que 51 cents », indique le document.

Dans les emplois essentiels à l’avenir dans les domaines de la science, de la technologie et de l’innovation, le rapport indique que « les obstacles persistants liés au genre limitent le rôle des femmes », ce qui est évident à mesure que le domaine de l’intelligence artificielle prend son essor.

«En 2022, les inventeurs inscrits sur les demandes de brevet internationales étaient cinq fois moins susceptibles d’être des femmes que des hommes, indique le rapport. En 2020, les femmes occupaient seulement un poste de recherche sur trois dans le monde et seulement un emploi sur cinq dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STEM).»

Même en obtenant des sièges aux tables de prise de décision à l’échelle mondiale, les femmes n’occupent actuellement que 26,7 % des sièges parlementaires, 35,5 % des sièges des gouvernements locaux et seulement 28,2 % des postes de direction au travail.

En ce qui concerne l’objectif de promotion de la paix, indique le rapport, les conflits s’intensifient dans le monde et « un nombre choquant de 614 millions de femmes et de filles vivaient dans des contextes touchés par des conflits en 2022, soit 50 % de plus qu’en 2017 ».

L’ONU a qualifié le financement des programmes promouvant l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes d’« inadéquat, imprévisible et réparti de manière incohérente entre les pays ».

Environ 6,4 billions de dollars par an seraient nécessaires dans 48 pays en développement — couvrant près de 70 % de la population des pays en développement — pour parvenir à l’égalité des sexes dans des domaines clés, notamment l’élimination de la pauvreté et de la faim et le soutien d’une participation plus égalitaire des femmes dans la société en 2030.

Source : https://www.canadafrancais.com/nouvelles-internationales/les-prejuges-contre-les-femmes-empecheront-legalite-des-sexes-dici-2023-selon-lonu/

dans le meme sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers Articles