2e édition Jifa 242 : l’émancipation de la femme au cœur des échanges

Les africaines

Après la réussite de la 1re édition l’année dernière, l’ONG éponyme s’apprête pour la 2e édition, à l’occasion de la Journée internationale de la femme africaine, le 31 juillet, à Pointe-Noire.

«La problématique de l’émancipation de la femme au Congo » est le thème de cette rencontre qui va regrouper plusieurs femmes et organisations de femmes issues de plusieurs horizons. Une activité qui se tiendra dans le strict respect des mesures barrières. Jifa 242 sera une occasion pour les participantes d’échanger sur l’émancipation de la femme africaine, les écueils rencontrés, les avancées perceptibles  sans oublier les approches de solutions visant l’amélioration de la condition féminine. Autant de questions qui ne manqueront pas de susciter des débats et des échanges passionnants et constructifs.

Signalons que la Journée de la femme africaine a été décrétée à l’occasion du premier congrès de l’Organisation panafricaine des femmes (Pawo en anglais) tenue à Dakar au Sénégal, le 31 juillet 1974, même si la date du 31 juillet 1962 est souvent retenue comme la date historique du mouvement féminin africain. Ce jour-là, à Dar- es- Salaam (Tanzanie), des femmes du continent africain s’étaient réunies pour la première fois et avaient créé la première organisation des femmes, la “Conférence des femmes africaines” (CFA). Le rôle historique joué par les femmes en Afrique témoigne de leur capacité de réaliser et conduire les changements sur le continent. Ainsi, les peuples africains se libéraient alors peu à peu de la tutelle des pays colonisateurs.

La libération totale du continent africain, l’élimination de l’apartheid et l’instauration d’une justice commune, qui défend les droits de l’Homme en tant qu’être humain, devenaient alors les objectifs prioritaires du mouvement.  Lors de la première édition Jifa 242 tenue le 31 juillet dernier, les femmes ont échangé sur « Les violences faites à l’égard des femmes » et «L’implication de la femme dans la gestion de la cité ».  Les réprésentations théâtrales, le défilé de mode et le show ont également agrémenté cette activité.

 Source : adiac-congo.com


Les africaines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *