Laetitia Ky : une sculpture d’un nouveau genre

Les africaines

Laetitia Ky est une artiste de 24 ans, ses œuvres si novatrices lui valent aujourd’hui près de 300 000 abonnés sur Instagram.

Laetitia Ky sculpte ses cheveux crépus à l’aide de divers matériaux tels que des fils de métal, des cintres, des fils. Elle est aussi précurseuse de la technique des “KyBraids” : des tresses auxquelles on ajoute du tissu wax. La jeune femme confie avoir toujours eu cette facilité à manipuler ses cheveux, et ce depuis l’âge de 5 ans. C’est quelques années plus tard en se “baladant sur Instagram”, que Laetitia Ky a un déclic : elle tombe sur une série de photos de tribus de femmes africaines arborant d’incroyables coiffures. Admirative, la jeune femme décide de tenter de reproduire ces œuvres d’art capillaires. C’est sans but précis qu’elle commence à partager ses créations sur les réseaux sociaux. Seulement au fil du temps, à force de recevoir nombre de messages de remerciements, Laetitia Ky prend conscience que son art a une portée bien plus puissante que ce qu’elle pensait jusqu’ici.

Ses créations portent un message important, Laetitia Ky tient à célébrer la beauté noire qui est si souvent sous-évaluée. Dans un monde où le cheveu crépu est régulièrement dénigré, modifié, camouflé, l’artiste l’embrasse et s’en sert comme d’une arme esthétique mais aussi politique. En mettant en avant ses racines à travers des techniques directement inspirées de coiffures traditionnelles d’Afrique subsaharienne, elle parle au nom d’énormément de femmes discriminées à cause de leur nature de cheveu.

Adepte du bodypositivism, Laetitia Ky partage sans complexes, des photos de ses aisselles poilues, auxquelles elle a d’ailleurs ajouté des extensions elles aussi sculptées. En dénonçant les critères de beauté actuels, la guerre, les violences conjugales, les inégalités en général, et notamment le harcèlement de rue lors de l’essor du mouvement #MeToo, la jeune femme se voit militante d’un mouvement afro-féministe dont l’on a besoin aujourd’hui.

source : www.artistikrezo.com


Les africaines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *