OMS Afrique : la Bostwanaise Matshidiso Moeti reconduite directrice régionale

Les africaines

Après un premier mandat de cinq ans, la Botswanaise Matshidiso Moeti vient d’être reconduite en tant que directrice régionale du Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique. La mobilisation de l’investissement pour la réalisation de la couverture santé universelle sur le Continent sera l’une de ses priorités.

Matshidiso Moeti reste à la tête de l’organe régional africain de l’Organisation mondiale de la Santé. Lors de sa 146e réunion qui s’est tenue à Genève hier, lundi 3 février, le conseil d’administration de l’organisation internationale a reconduit la Botswanaise dans ses fonctions de directrice régionale jusqu’en 2025, indique un communiqué officiel.



« Alors que l’Afrique est de plus en plus confrontée au double fardeau des maladies, les cinq prochaines années en santé publique seront cruciales pour jeter les bases solides pour renverser ce fardeau », a déclaré Moeti, se réjouissant de l’opportunité qui lui est donnée de poursuivre sur les dossiers entamés depuis le siège africain de l’OMS à Brazzaville, au Congo.

Matshidiso Moeti qui signe cette année 21 ans dans les rangs du bureau régional de l’OMS pour l’Afrique, entend accélérer la réalisation de la couverture santé universelle au cours des cinq prochaines années « en veillant à ce que personne ne manque de soins de santé parce que le coût est trop élevé, la qualité est trop faible, ou en raison d’obstacles géographiques ou autres à l’accès aux soins ».



A la tête de l’OMS pour l’Afrique depuis 2015, elle a, à son actif, plusieurs initiatives à succès, comme le forum de l’OMS sur la santé en Afrique lancé en 2017 et dont la deuxième édition s’est tenue à Praia, au Cap-Vert, en mars 2019. Elle est également derrière l’initiative des chefs d’Etat africains lancée en février 2019 et visant à accroître les investissements dans la santé, pour justement atteindre la couverture santé universelle. Depuis lors, Dr Moeti milite pour une plus grande implication du secteur privé dans le domaine de la santé. Et le défi est surtout d’ordre financier.

« Il y a une forte mobilisation en cours, notamment en matière de recherche des moyens qui permettront d’accélérer le processus vers cette couverture santé universelle », expliquait Dr Moeti dans un entretien avec La Tribune Afrique en marge de l’événement de Praia. « Nous sommes en train de travailler avec nos experts, poursuivait-elle, pour définir des stratégies de financement qui permettent de sortir les populations de l’économie informelle pour qu’elles puissent bénéficier de l’assurance maladie contactée par les entreprises ».

Source : Tribune Afrique


Les africaines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *