Autonomisation de la femme: la Banque Populaire de Côte d’Ivoire signe une convention avec l’Etat

Les africaines

Dans le cadre du Projet de Gestion Novatrice du Fonds National “Femmes et Développement”, la Banque Populaire de Côte d’Ivoire et le Secrétariat d’Etat auprès de la Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, chargé de l’Autonomisation de la Femme ont signé une convention ce vendredi 17 janvier 2020 à Abidjan-Plateau.

Cette convention contribuera à lutter contre la pauvreté et soulager les femmes les plus vulnérables par l’octroi de financements. Dans cet élan, la Banque Populaire de Côte d’Ivoire se propose de mettre à la disposition du secrétariat et des femmes “son vaste réseau de 73 agences sur toute l’étendue du territoire” ainsi que ses cars “Banque Mobile” et ses “solutions adaptées à toutes les cibles” en vue du financement des projets des femmes.

Selon Issa Fadiga, Directeur Général de Banque Populaire cette convention réaffirme l’attachement de l’institution financière qu’il dirige à “contribuer au financement de l’économie ivoirienne”, mais surtout ” à l’inclusion financière des populations et des femmes en particulier”.

A ne croire le Directeur Général de Banque Populaire cette convention présente de nombreux avantages. Il s’agit notamment de la bancarisation des femmes retenues dans le programme, la mise à disposition de crédit à court terme allant sur des durées maximum de 12 mois incluant 2 mois de différés, pour des montants allant jusqu’à 500.000 francs CFA pour les individus et 2 millions de francs CFA pour les groupements légalement constitués.

“Cette convention inclut également la disposition d’une enveloppe globale de 350 millions Fcfa, soit 150% du montant du fonds de garantie” a révélé Issa Fadiga.

« La présente signature de convention se perçoit comme la matérialisation de notre vision, qui est celle de faire passer les femmes d’une économie de subsistance à une économie solide », a dit pour sa part la secrétaire d’Etat chargée de l’Autonomisation des femmes, Belmonde Dogbo.

Selon elle, le fonds ” Femmes et développement ” s’est bonifiée avec l’implication opérationnelle des systèmes financiers décentralisés dans le processus de prêts aux femmes.

” Ce sont environ 15 000 femmes qui ont bénéficié de ce fonds et 59,02% des bénéficiaires alimentent leur compte épargne” a-t-elle expliqué avant de ancer un appel aux ex-auditrices des Institutions de formation et d’éducation de la femme (IFEF) à postuler audit fonds au même titre que les autres femmes.

Source : abidjan.net


Les africaines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *