Lancement de la 4e édition du Programme WIA 54

Publicités
Les africaines

Créée en 2017, « Women in Africa » en sigle WIA 54, plate-forme internationale consacrée aux talents des Africaines dans les cinquante-quatre pays respectifs du continent, lance sa quatrième édition « WIA 54 Programme 2020 ».

Le challenge est ouvert aux femmes créatrices d’entreprises des cinquante-quatre pays du continent africain. Pour la 4e année consécutive, les entrepreneuses africaines peuvent candidater au programme WIA 54 ayant pour vocation à encourager l’entrepreneuriat féminin en Afrique pour accompagner cette dynamique.

Cette initiative lancée par Women in Africa, selon les promoteurs, est devenue un des programmes mis en place pour soutenir et promouvoir l’entrepreneuriat féminin à travers le continent africain.

Elle est financée par son Fonds de dotation WIA Philantropy et grâce au soutien de mécènes tels que Société générale ; Roland Berger ; Honoris united Universities ; GFI informatique ; Stop Hunger ; DS Avocats et la Fondation Total.

Avec le taux le plus élevé au monde de femmes entrepreneuses (24%), l’Afrique a fait de l’entrepreneuriat le premier facteur d’émancipation. Ce qui a permis à Aude de Thuin, la fondatrice et présidente du Conseil Women in Africa, de leur apporter le soutien et de les encourager en ces termes : « Le soutien apporté aux entrepreneuses africaines est crucial et, plus que jamais, fort de sens. Les femmes sont l’avenir de l’Afrique et peuvent contribuer à la stabilisation économique et sociétale du continent. J’encourage chaque femme qui veut changer le monde par l’entrepreneuriat à exprimer tout son potentiel d’innovation dans le cadre du Programme WIA 54 ».

La campagne de sélection a débuté le 9 janvier et sera clôturée le 9 février. Pendant un mois, toutes les femmes africaines qui entrevoient l’avenir du continent grâce aux innovations technologiques sont invitées à faire leurs propositions par l’envoi de leur projet de business-plan panafricain, par le biais du site : https:wia2020.selecteev.io/apply

La présélection sera faite suivant les critères retenues par les promoteurs. Entre autres, le projet devra mettre l’accent sur les critères précis relatifs au taux d’impact social des technologies, produits et services proposés.

Espérons que les créatrices congolaises, que ce soient celles résidentes au Congo ou à l’étranger, s’exprimeront. Parmi les candidates probables, citons par exemple : Clenne Mouangou, directrice générale de CM Agrobusiness, une entreprise qui produit de la viande de porc à Brazzaville ; Edwige Yombi Sitou, présidente de la société EMS Négoces ou Kriss Brochec, directrice de Congo Web Agency.


Les africaines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *