Uemoa : l’inclusion financière boostée par les paiements numériques (BCEAO)

Les africaines

Les évolutions perceptibles de l’écosystème financier de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) indiquent que les progrès en matière d’inclusion financière seront tirés notamment par les paiements numériques, les politiques gouvernementales de digitalisation et le développement des services financiers de seconde génération via la téléphonie mobile, a déclaré, lundi à Dakar, le gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

Tiémoko Meyliet Koné s’exprimait lors du lancement officiel de la deuxième édition de la Semaine de l’inclusion financière dans l’UEMOA placée sous le thème : « La digitalisation au service de l’inclusion financière : enjeux pour le secteur financier et les Etats membres de l’UEMOA ».

Selon lui, « ces projections sont corroborées par les résultats des récents travaux menés par la BCEAO pour la construction d’un indice synthétique d’inclusion financière pour les pays de l’UEMOA ».

Cet indice révèle que les perspectives d’amélioration de l’inclusion financière résident dans l’exploitation des opportunités offertes par les nouvelles technologies.

M. Koné a également évoqué une autre étude réalisée par la Banque Mondiale en 2019 sur le niveau de digitalisation des paiements des Etats de l’UEMOA. Celle-ci a aussi mis en exergue la contribution potentielle de la numérisation des paiements au renforcement de l’inclusion financière et à l’accroissement du Produit intérieur brut (PIB).

Aux yeux du gouverneur de la BCEAO, cela soulève toute l’importance du thème de la deuxième édition de la semaine de l’inclusion financière.

« Notre environnement se trouve dans une phase de mutation accélérée vers une économie ouverte et connectée, caractérisée par l’arrivée de nouveaux acteurs, tels que les FinTech, les géants d’Internet et du mobile dont les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazone et Microsoft) », a laissé entendre M. Koné.

Il a souligné que ces intervenants d’un genre nouveau ont bouleversé l’écosystème financier ainsi que le mode de fonctionnement habituel des institutions financières, des pouvoirs publics, des entreprises, des organisations et des populations. Ils interpellent aussi les régulateurs et les Gouvernements dans leurs missions fondamentales de battre monnaie et de veiller à la stabilité et à l’intégrité financière, tout en protégeant les déposants.

Source : APANEWS

Bas du formulaire


Les africaines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *